Une machine à détruire l'enseignant

par Nicolas Lecaussin

(rédacteur en chef de Société civile, chargé d'études à l'IFRAP)

Le Figaro des 4 et 5/09/2004

 

Voici le texte intégral de l'article du Figaro, que je n'ai pu résumer, ne trouvant rien à supprimer. J'ai inséré mes commentaires en caractères gras comme ceux-ci et mis un fond jaune sur quelques passages particulièrement importants.

 

Personne ne conteste le fait que la situation de l'école française est mauvaise. Taux d'illettrisme parmi les plus élevés au monde, dépenses exorbitantes pour des résultats catastrophiques, bureaucratie imposante, syndicats conservateurs, s'opposant à toute réforme du «mammouth», enseignants endoctrinés et désemparés, élèves démotivés et abandonnés, voici quelques caractéristiques de l'Education nationale en 2004. Parmi ces «défauts», il y aussi les fameux IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres), organismes «soviétiformes», créés en 1991 par Lionel Jospin lorsqu'il était ministre de l'Education nationale, au moment même où s'effondre l'idéologie communiste, pour «former» les futurs professeurs à la «nouvelle pédagogie» et les éloigner de leur véritable vocation: transmettre des savoirs.

Le qualificatif «soviétiformes» me paraît un peu excessif pour indiquer la volonté de l'Etat central socialiste d'imposer à tous les futurs maîtres la même approche.

 

La France consacre environ 7% (104 milliards d'euros) de son PIB aux dépenses d'éducation, au-dessus de la moyenne (5%) des autres pays de l'OCDE. Un employé de l'Education nationale coûte environ 44.000 euros/an contre 30.000 euros/an en moyenne dans les autres pays de l'OCDE, tandis qu'un élève de l'enseignement secondaire coûte plus de 6.000 euros/an contre 4.100 euros/an pour la moyenne de l'OCDE, soit un surcoût de 46%. Malgré cet argent, les demandes d'inscriptions dans les écoles privées ont doublé en 2003 par rapport à 2002. Le rapport Pisa-2003 (OCDE + Unesco) classe la France à la 15ème place pour le niveau de compétences de ses élèves, alors que le premier de la classe, la Finlande, ne dépense «que» 4.000 euros par an et par élève.

En somme, lorsqu'on compare les dépenses d'éducation en France à ceux des autres pays de l'OCDE, on constate que la France y consacre 40% de plus de son PIB, qu'un élève du secondaire y coûte 46% de plus et qu'un fonctionnaire y coûte 47% de plus. Tout cela pour être à la 15ème place du classement des compétences: à l'évidence, notre Education nationale est très mal gérée!

 

Inversement, avec 1,8% du PIB, la France consacre proportionnellement moins de ressources que la moyenne OCDE aux établissements d'enseignement supérieur et près de 17% de moins que la moyenne des pays de l'OCDE par étudiant de l'enseignement supérieur. C'est que depuis près de vingt ans, les gouvernements ont préféré développer un système parallèle de formation des maîtres, que d'améliorer les moyens des universités où ils étaient jusqu'alors formés.

Non seulement nos élèves qui arrivent dans l'enseignement supérieur sont moins bien formés que dans d'autres pays, mais nous leur consacrons moins de moyens pour leur donner une qualification professionnelle ou de chercheur! L'auteur explique ce manque de moyens par les dépenses de formation des enseignants dans les IUFM, qu'il démolit ensuite.

 

Les changements du système éducatif ne sont pas apparus tout seuls sur scène. Ils ont pris racine dans des rapports, des livres, des lois, ont été soutenus par des personnalités politiques et/ou intellectuelles et ont trouvé un écho dans une large partie du corps enseignant. Si le rapport Langevin-Wallon d'après-guerre pose les bases de l'enseignement nouveau, la néopédagogie, celle des IUFM, trouve ses sources principalement dans les ouvrages de Pierre Bourdieu et René Passeron et aussi dans ceux de leurs émules (Baudelot, Establet: L'Ecole capitaliste en France, 1972).

Il est exact que Pierre Bourdieu était un intellectuel gauchiste, qui a consacré sa vie à la lutte contre ses ennemis politiques de droite. Dans "Les Héritiers", publié avec J-C Passeron en 1964, il part d'enquêtes contestables, car effectuées exclusivement auprès d'étudiants en lettres, pour montrer que l'école de la République propage une culture et des valeurs de droite, celles d'une classe bourgeoise.

 

Que disent ces chercheurs? Que l'enseignement n'aurait jamais servi qu'à reproduire la «classe dominante» et tout ce qui se passe à l'école découle de facteurs extérieurs à celle-ci. Résultat: il faut transformer l'enseignement français. Cette théorie a été largement développée par Pierre Bourdieu dans deux livres célèbres, Les Héritiers (1964) et La Reproduction (1970) et s'appuie sur des faits considérés par son auteur comme empiriques. Malgré l'indigence scientifique et la fausseté de cette théorie (l'auteur a écrit son ouvrage après une «enquête» dans un lycée parisien. Un seul et à Paris. N'importe quel sociologue qui fait correctement son métier dira que cet échantillon n'est nullement représentatif de toute l'école française), son influence a été décisive sur les modifications idéologiques intervenues dans l'enseignement depuis les années 60.

 

Bourdieu et Passeron accusaient surtout l'enseignement classique de provoquer ces inégalités car, disaient-ils, ceux qui sont bons en littérature, mathématiques, physiques ou chimie ne peuvent être que des «privilégiés». Apprendre à l'école n'est pas donné à tout le monde, c'est réservé à une élite et il est obligatoire d'en finir avec l'élitisme et rendre l'enseignement plus démocratique. Ce qui équivaut à le détruire en le nivelant par le bas. Moins de savoir et plus de «pédagogisme». En substituant aux matières importantes des «sciences objectives», la diffusion des connaissances était condamnée à mort. Les IUFM, à travers la formation dispensée, seront les courroies de transmission de cette nouvelle «pensée» pédagogique qui sera concrétisée grâce, en particulier, au rapport Peretti de 1982, du nom de son concepteur, André de Peretti, polytechnicien, docteur en lettres et sciences humaines. Celui-ci conclut à la nécessité de remplacer les disciplines académiques par la pédagogie dans la formation des maîtres. II est directement à l'origine de la fondation des IUFM.

Partant de leur idéologie gauchiste de lutte des classes et de changement de la société, ces auteurs et leurs émules ont donc imaginé une pédagogie destinée à substituer à l'excellence, valeur de droite, l'égalité nivelée vers le bas, valeur de gauche. Ils ont aussi substitué à la règle d'obéissance et de respect de l'élève au maître la règle d'un maître au service de ceux des élèves qu'il a réussi à convaincre de l'utilité de ce qu'il veut leur apprendre.

 

Aujourd'hui, il y a 29 IUFM dans lesquels environ 90.000 personnes sont en formation. Sur ce total, seulement 25.000 jeunes seront titularisés tous les ans. Le nombre de formateurs permanents est d'environ 5.000 dont 800 enseignants et le budget annuel accordé par le ministère aux IUFM est d'environ 100 millions d'euros.

 

La première grande anomalie est le taux de réussite des élèves en première et deuxième années. A la fin de la première année, seule la moitié réussit à passer entre les mailles. Les 50% d'élèves restant entrent en deuxième année et deviennent des stagiaires-fonctionnaires dont le coût s'élève à plus de 11000 euros/an. Mais, à la fin du cursus et après le concours de deuxième année, il faut rajouter 30% de pertes supplémentaires, ce qui représente des pertes totales de 80%. Pourquoi attendre la fin du cursus pour enregistrer tous ces échecs? Pourquoi ne pas instaurer un concours à l'entrée dans les IUFM et faire déjà une sélection comme cela se passe à l'Ecole normale supérieure? Cela permettrait d'éviter tous les gaspillages engendrés par ce taux anormalement élevé.

 

Mais ce qui est plus grave, c'est que la plupart de ces formateurs n'ont jamais été... enseignants dans une classe. Ou bien ils l'ont été, il y a quinze ou vingt ans avant d'intégrer un IUFM. La proportion de ceux qui n'ont jamais enseigné est difficile à évaluer étant donné que leur recrutement est contrôlé par les syndicats, mais on les estime à plus de la moitié du total des formateurs.

L'accusation de recrutement contrôlé par les syndicats est très grave. Dommage qu'elle ne soit pas étayée par des preuves.

 

Le principe des «enseignements» dans un IUFM? «L'apprenant (comprendre l'élève) doit être actif dans la construction de ses apprentissages.» Il ne faut pas «transmettre des «savoirs» mais «apprendre à apprendre». Les cours ne sont pas conçus pour apporter un contenu concret mais pour créer l'illusion d'une formation qui servirait plus tard. La lecture? Il n'est pas question de l'apprendre aux enfants. Les formateurs des IUFM y sont complètement opposés; une séance de «lecture» doit se dérouler de la manière suivante:

«- On distribue aux enfants des romans et des dictionnaires.

- Ils étudient les renseignements donnés par la couverture et feuillettent les ouvrages.

-Ils doivent ensuite répondre à un questionnaire sur les romans: "La couverture des livres qui sont sur la table te donne certaines informations, peux-tu nous dire lesquelles? Comment rangerais-tu ces livres dans une bibliothèque? Parmi tous ces romans, aurais-tu envie d'en lire un? Si oui, lequel? Essaye d'expliquer ce qui te donne envie de le lire."»

Il est incroyable qu'on espère qu'un enfant apprendra à lire de cette manière!

 

Les cours à l'IUFM présentent des activités «concrètes» à proposer aux enfants. Ces activités sont appelées «production d'écrit» et «déclencheurs d'écriture». Autrement dit, elles sont censées «donner envie» d'écrire aux enfants. Ces formateurs sont-ils au courant des résultats catastrophiques des élèves français dans les classements internationaux?

A l'évidence, ils ne sont pas au courant, ou ils ne veulent pas l'être.

 

Nous préférons dépenser l'argent en fonction des demandes des syndicalistes et non pas en fonction des besoins. Pour cela, l'argent est utilisé à l'embauche des professeurs (malgré la baisse du nombre d'élèves) et à créer de nombreux organismes à caractère «pédagogique». Au lieu de renforcer l'Université, véritable lieu d'apprentissage pour les futurs enseignants, les gouvernements successifs ont choisi l'empilement inutile. Ainsi, on a décidé en 1989, la création des IUFM, avec l'intention de «compléter» le travail universitaire et «d'enrichir» la formation des futurs professeurs. Le résultat fut contraire aux attentes: aujourd'hui, les universités sont dans une situation catastrophique, les anciennes écoles d'instituteurs se meurent et les IUFM contestés. Un sondage Sofres de février 2001 réalisé auprès des professeurs des écoles débutants montre que 73% d'entre eux ne sont pas satisfaits de la formation reçue.

Pour plus de détails sur les problèmes de pédagogie en France et pour avoir confirmation des idées ci-dessus, on pourra se reporter:

·            Aux nombreux articles de l'Encyclopédie Universalis où il est question de pédagogie, de Passeron et de Bourdieu;

·            Au livre "Journal d'une institutrice clandestine", de Rachel Boutonnet (éditions Ramsay)

·            Au livre "Lettre à tous ceux qui aiment l'école", de Luc Ferry, Xavier Darcos et Claudie Haigneré, disponible gratis sur Internet

·            Au livre "Comment peut-on être ministre ? - Essai sur la gouvernabilité des démocraties", de Luc Ferry chez Plon.

 

 

 

Daniel MARTIN

 

 

Retour page d'accueil