La rage et l'orgueil
(La rabbia e l'orgoglio)

 

par Oriana Fallaci, journaliste

Editions Plon.

 

 

Ce livre est la traduction française, revue et enrichie par l'auteur, de l'ouvrage italien écrit à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Il a été présenté dans la presse française comme un pamphlet anti-musulman, un texte ordurier, voire un plaidoyer raciste.

 

Ceux qui ont formulé de telles opinions n'ont rien compris. Peut-être n'ont-ils même pas lu la totalité de l'ouvrage. La rage et l'orgueil n'est pas un pamphlet, c'est un sermon qui s'adresse aux Italiens d'abord, aux Européens ensuite, pour annoncer la croisade menée contre la civilisation occidentale par les musulmans extrémistes et dénoncer notre attitude de faiblesse à l'égard de ces islamistes.

 

La rage et l'orgueil est le cri d'une femme profondément éprise des valeurs traditionnelles de notre civilisation: la liberté, la dignité de l'Homme, le respect de la vérité et le refus des compromissions, l'art classique et nos valeurs morales. Avant comme après le 11 septembre, ces valeurs ont été agressées par des extrémistes musulmans qui veulent les remplacer par les leurs, ce qui met en rage Oriana Fallaci.

 

La journaliste connaît bien le monde musulman pour avoir interviewé des personnes en vue comme Arafat et Ali Bhutto (ancien président du Pakistan), et publié "Inchallah" chez Gallimard et Folio. Elle explique l'impossibilité, pour un musulman, de séparer religion, système de lois et règles de vie en société, donc de séparer, comme chez nous, la religion de l'Etat. Elle dénonce la guerre sainte ("djihad") menée contre nous pour détruire notre civilisation et nous convertir à l'Islam, la discrimination à l'égard des femmes, les tyrannies moyenâgeuses de certains pays musulmans, l'envahissement de nos villes par des musulmans qui ne respectent ni ses citoyens ni les œuvres d'art de leurs cités.

 

Elle dénonce tout ce qui la révolte avec une violence, une véhémence et un talent qui ont choqué les lecteurs enfermés dans un carcan de "politiquement correct" qu'elle méprise. Elle nous sermonne, nous Européens, trop faibles, trop lâches pour admettre que nous sommes attaqués par une croisade à l'envers et réagir en défendant nos valeurs de morale et de civilisation.

 

J'adore le livre d'Oriana Fallaci, je lui pardonne ses outrances, qui expriment une profonde blessure. Je lui donne cent fois raison lorsqu'elle dénonce les défauts des extrémistes qui nous attaquent et notre propre lâcheté. Je nie tout caractère raciste à son ouvrage: lisez-le et vous verrez, elle ne défend que les valeurs morales que nous oublions trop souvent de défendre.

 

 

Daniel MARTIN, 02/07/2002

 

 

Retour page d'accueil